• Interview de mon éditrice !

    Jeanne Corvellec, fondatrice des Éditions Láska

    1.       Pourquoi aimes-tu la romance ? / Qu’est-ce que tu aimes dans la romance ?

    J'ai toujours eu un faible pour les histoires d'amour et, même si je ne suis pas allergique aux fins tragiques, j'ai aussi toujours lu pour l'inspiration et le réconfort que cela m'apportait. Donc, j'aime les histoires d'amour qui se terminent bien.

    Et j'aime la romance spécifiquement, pour plusieurs raisons. La romance en tant que phénomène de société me fascine : comment se fait-il qu'un genre aussi décrié, voire ignoré, ait autant du succès ? (On peut aussi poser la question à l'envers.) Littérairement parlant, j'aime aussi beaucoup l'idée de codes, qui sont autant de défis à l'auteur qui prétend s'atteler au genre... et aussi une forme de communication intime avec les lecteurs, à mon avis. Cela requiert de quitter la partie narcissique ou complaisante de son ego pour réellement chercher à comprendre le lecteur et ses attentes.

     2.       Qu’est-ce que cela fait d’être une entrepreneure, d’avoir monté sa propre entreprise ?

    C'est très satisfaisant, bien que j'en voie aussi les limites dans ma situation particulière. J'aime imaginer et construire des choses de toutes pièces, et je ne suis pas très douée pour le travail d'équipe ; je préfère tout contrôler. En même temps, "entreprise" est un mot qui englobe des réalités très différentes. Dans le cas des Éditions Laska, il s'agit d'une entreprise individuelle, sans aucun employé, et pour laquelle j'ai voulu ne prendre aucun risque financier. Je n'en savais vraiment pas assez il y a deux ans (en matière de création d'entreprise) pour oser me lancer dans un projet plus complexe... Mais c'est aussi ce qui me fait constater aujourd'hui que cette maison d'édition a déjà atteint son potentiel de croissance.

     3.       Si les Éditions Láska ne devaient apporter qu’une chose à ses lectrices, laquelle espères-tu que cela soit ?

    Du plaisir de lecture... C'est quand même la base de tout, non ?

     4.       Quelle est l’une des scènes de romance que tu préfères ?

    J'avais particulièrement aimé les premiers contacts entre le héro et l'héroïne dans Lady Be Good, de Susan Elizabeth Phillips, parce que le héros démontre l'inverse de la galanterie envers l'héroïne et la fait marcher, et le résultat est hilarant. Je me rappelle également une scène sur un balcon entre les héros de A Duke of Her Own, d'Eloisa James. Là aussi, je crois que c'est une certaine subversion des rôles qui m'avait amusée : le héros est à moitié dévêtu et, quand il remarque que l'héroïne le regarde, il prend quasiment des poses (de façon naturelle, bien sûr) pour se mettre encore plus à son avantage... Sinon, il y a beaucoup d'autres éléments que j'ai aimés dans d'autres romances, mais ça ne me vient pas en tête, ou bien ce n'est pas vraiment une "scène" à proprement parler.

     Merci, Jeanne, d'avoir répondu à mes questions ! :)

    (son blog)